Farida par Jean Paul Goude

« A travers Farida, Algérienne de la deuxième génération, je découvrais tout un monde nouveau, une autre définition de la beauté, un vocabulaire d’une incroyable inventivité et cette découverte coïncidait avec l’émergence et l’affirmation dans la société même d’une sensibilité ethnique qui n’allait pas tarder à s’imposer comme une culture à part entière. » (Jean-Paul Goude)

george sand par goude

« La mode, pour moi, part d’un constat : celui de ses faiblesses ; et elle consiste à transformer ses défauts en atouts. Ce qui suppose toute une panoplie d’astuces : talonnettes dans les chaussures, épaulettes dans les tee-shirts, prothèses dentaires, illusions d’optiques qui allongent la silhouette . »  (Jean-Paul Goude)

Grace Jones by Goude

« La puissance de l’image qu’elle projetait venait de cette dualité permanente : d’un côté, elle était caricaturale, de l’autre, elle incarnait la plus classique des beautés africaines […] J’enregistrais ses moindres mouvements, je disséquais toutes ses expressions. » (Jean-Paul Goude)

 Tête de Grace Jones par Goude

Grace Jones par Jean Paul Goude

 Jean Paul Goude Vanessa Paradis

« Au premier regard, j’ai trouvé qu’elle était le portrait craché de Titi, le petit oiseau de Titi et GrosMinet. En la regardant, je l’ai vu siffler, chanter comme un petit piaf, et je l’ai mêlée à la tradition du music-hall français : des plumes, des cages dorées, Mistinguett (…). » (Jean-Paul Goude)

Laetitia Casta homme par Jean Paul Goude

« Pour moi, Laetitia Casta, c’était un mélange de Tintin et de Pearl Buck. » (Jean-Paul Goude)

Hommage à Chanel Joaillerie

« A chaque fois que je rencontre quelqu’un qui m’inspire, j’ai tendance à vouloir en faire un personnage de fiction. »  (Jean-Paul Goude)